Ce qui implique le rachat de crédit à taux zéro

Actuellement, les taux de crédit proposés par les banques connaissent une forte baisse que le rachat de crédit immobilier connaît un réel succès auprès de ceux qui veulent profiter de cette baisse du taux. Dans le cadre d’un rachat de crédit immobilier, la négociation porte surtout sur le remboursement et le rachat de crédit à taux zéro qui sont souvent proposés par les organismes de crédit. Il est de ce fait important de savoir ce qu’implique vraiment le crédit à taux zéro pour comprendre s’il est intéressant de l’accepter ou non.

Le rachat de crédit à taux zéro n’est pas obligatoire

rachat de crédit à taux zéroLors d’un rachat de crédit immobilier, il est possible que la banque vous impose le rachat du prêt à taux zéro dont le montant est conditionné à un plafond de ressources et dépend aussi de la localisation géographique du logement. Vous devez savoir que vous n’êtes pas obligé de prendre votre prêt à taux zéro au moment de sa reprise. De même, une banque ne peut pas vous imposer le prêt à taux zéro comme condition de la renégociation, car le prêt à taux zéro est un prêt aidé qui est indépendant du prêt immobilier principal même s’il est affecté à un seul et unique crédit immobilier. De ce fait, il faut dire que le rachat de crédit d’un prêt immobilier et le rachat d’un crédit à taux zéro sont indépendants l’un de l’autre. Toutefois, la banque peut vous imposer un remboursement anticipé avec le crédit immobilier principal et le crédit à taux zéro, seulement lorsque le bien a été vendu avant la fin du remboursement des mensualités.

Le point négatif du rachat de crédit à taux zéro

Il faut noter que le crédit à taux zéro dispose d’un capital à rembourser et ne génère pas d’intérêt. De ce fait, le crédit à taux zéro n’est pas vraiment avantageux quand il faut le solder dans le cas où vous effectuez une reprise du prêt principal ou un rachat de crédit. De plus, le rachat de crédit à taux zéro implique au préalable qu’il faut faire un remboursement anticipé avant que le nouveau crédit soit mis en place et le crédit à taux zéro est inclus dans le rachat, ce qui a pour résultat un ajout de son capital au prêt principal qui doit être soumis à des intérêts.

 

À quel moment doit-on penser à racheter un crédit?

Le rachat de crédit est une solution qui permet de résoudre les désordres financiers en regroupant les crédits en cours pour n’obtenir qu’un seul crédit avec une mensualité réduite. Toutefois, vous devez savoir que le rachat de crédit présente certains risques s’il n’est pas contracté au bon moment. De ce fait, il faut bien connaître le moment idéal pour penser à faire un rachat de crédit afin de les éviter.

Les éléments à considérer avant de penser au rachat de crédit

penser à racheter un créditAvant d’effectuer un rachat de crédit, il est important de considérer plusieurs paramètres qui déterminent s’il est vraiment nécessaire ou non d’entamer cette opération. Le rachat de crédit peut être évité lorsque ces paramètres ne sont pas encore en danger ou lorsqu’ils ne sont pas encore trop élevés. Ces paramètres incluent votre taux d’endettement qui ne doit pas dépasser les 33%, vos mensualités que vous n’arrivez plus à rembourser correctement, vos dépenses indispensables du quotidien qui sont souvent négligées, vos crédits qui s’accumulent de plus en plus ainsi que l’utilisation de votre découvert. Si ces indicateurs sont observés dans votre situation financière et dans votre vie quotidienne, alors il est peut-être grand temps d’effectuer un rachat de crédit.

Le bon moment pour effectuer le rachat de crédit

À part les indicateurs cités plus haut, vous devez également considérer un autre paramètre qui permet d’indiquer le bon moment pour effectuer un rachat de crédit. Il s’agit de la baisse des taux d’intérêt qui est un moment idéal pour vous permettre de négocier au mieux pour une baisse des conditions de votre rachat de crédit. En parallèle avec la baisse du taux, vous pouvez négocier une baisse au niveau des frais de dossier, des indemnités de remboursement anticipé et des garanties. Néanmoins, même si vous effectuez un rachat de crédit au bon moment, évitez de vous embarquer dans des propositions trop alléchantes et considérez le coût total de votre nouveau crédit qui doit être inférieur à celui de votre prêt actuel.

 

Doit-on rembourser des frais pour une demande de rachat de crédit?

Les frais de rachat de crédit constituent les pénalités de remboursement anticipé que les organismes de crédit demandent dans la plupart des cas. Ces frais peuvent comporter les frais de dossiers et les frais de garanties qui, dans la plupart des cas, ne sont pas toujours conséquents. Lorsqu’il s’agit d’un rachat de crédit hypothécaire, ces frais peuvent être estimés à 2 % de l’encours, tandis que s’il s’agit de transfert de caution Crédit Logement, les frais réels peuvent être d’environ0,6 %, ce qui est assez faible. En ce qui concerne le financement des frais de dossier et des frais de garantie, les frais de rachat de crédit sont ajoutés au capital à refinancer. Maintenant que vous connaissez le fonctionnement de ces frais, il est question de savoir si vous devez les rembourser.

Les frais qui doivent être remboursés

frais pour une demande de rachat de créditDans le cadre d’un rachat de crédit, qu’il soit un rachat de crédit à la consommation ou un rachat de crédit hypothécaire, vous devez payer plusieurs frais obligatoires. Les frais de dossiers en font partie comme dans toute opération bancaire. Notez que les frais de dossiers ne doivent être déboursés que si votre demande de rachat est acceptée. En outre, vous devez également payer les assurances telles que l’assurance décès, l’assurance invalidité et l’assurance incapacité temporaire de travail. Sinon, il est également possible que vous deviez payer les indemnités de remboursement anticipé dont le plafonnement est de 3 % du capital restant dû. Dans tous les cas, le remboursement ou non des frais en rachat de crédit se fait en fonction de chaque organisme de crédit.

Les frais qui ne sont pas obligés d’être remboursés

L’assurance chômage qui garantit le paiement de vos mensualités en cas de perte d’emploi, les frais de courtage ainsi que les frais de garantie sont considérés comme des frais annexes. Dans le cadre d’un rachat de crédit, vous n’êtes pas obligé de rembourser ces frais annexes. Toutefois, cela dépend de l’organisme de prêt avec qui vous avez signé le contrat.

 

Peut-on demander un rachat à un autre établissement bancaire après un rejet?

Une demande de rachat de crédit peut être refusée par les organismes de crédit pour diverses raisons notamment à cause des dossiers incomplets, de la présence d’un fichier au FICP ou au FCC, d’un taux d’endettement trop élevé, d’un litige avec une banque ou à cause de multiples rejets de prélèvements bancaires consécutifs. Face à ce rejet de dossier, il existe une solution qui permet de soumettre une autre demande de rachat de crédit auprès des autres établissements de crédit. Cette démarche est bien envisageable, alors c’est à vous de vous y mettre.

Sollicitez différents organismes financiers

établissement bancaire après un rejetUne fois que votre dossier de demande de rachat de crédit a été refusé par votre organisme de crédit, vous devez continuer vos démarches auprès des autres organismes financiers de rachat de crédit. En effet, vous devez tenter vos chances auprès de différents organismes de crédit, car chacun d’eux a ses propres critères et souvenez-vous que votre dossier de rachat de crédit ne peut pas être obligatoirement refusé par tous les organismes de crédits. Par ailleurs, vous pouvez privilégier les organismes spécialistes du rachat de crédit, notamment les établissements financiers et les sociétés de crédit qui ont de l’expertise dans le traitement de dossiers délicats et cela afin d’augmenter vos chances.

Faites en sorte que votre nouveau dossier soit accepté

Votre dossier de demande de rachat de crédit a été refusé chez l’organisme de crédit que vous avez choisi. La première chose à faire, c’est d’évaluer les raisons possibles pour ce refus. Ces raisons peuvent être votre fichage au FICP ou au FCC, votre taux d’endettement trop élevé, votre dossier est incomplet ou encore parce que vous avez fait une demande de rachat de crédit à répétition. Maintenant que vous connaissez ces raisons possibles qui constituent les points faibles de votre dossier, vous devez faire en sorte qu’elles ne soient plus mises en vigueur dans votre nouvelle demande de rachat de crédit auprès d’un nouvel organisme de crédit. Au contraire, vous devez mettre en valeur les éléments attestant votre solvabilité que vous avez oublié de mettre dans votre ancien dossier.

 

 

 

 

Peut-on procéder un rachat de rachat de crédit?

Le rachat de crédit est une opération qui n’est pas évidente à gérer à cause des nombreuses démarches à suivre et des éléments à prendre en compte. Racheter un rachat de crédit est également une opération compliquée, mais elle reste envisageable pour plusieurs raisons. Vous pouvez racheter votre rachat de crédit pour diminuer votre mensualité ou encore renégocier vos taux ou pour régler votre surendettement. De même, vous pouvez effectuer différents types d’opérations de rachat de rachat de crédit, en rachetant un rachat de crédit à la consommation, un regroupement de crédit locataire, un rachat de crédit propriétaire ou un rachat de crédit FICP.

L’utilité de racheter un rachat de crédit

procéder un rachat de rachat de créditRacheter un rachat de crédit est pratique si vous voulez diminuer vos remboursements mensuels en les effectuant pendant une durée plus longue. Vous avez la possibilité d’allonger votre rachat de crédit dans la durée de remboursement, toutefois, cela dépend du type de rachat de crédit que vous voulez regrouper. Par ailleurs, une opération de rachat de rachat de crédit vous permet de renégocier vos taux d’intérêt pour éviter une situation de surendettement. Racheter votre rachat de crédit vous permet de libérer votre pouvoir d’achat grâce à la diminution de votre taux d’intérêt. Cela est surtout possible dans le cadre d’un rachat de crédit immobilier, car les taux changent plusieurs fois tout au long de la durée de votre prêt. N’hésitez donc pas de racheter votre rachat de crédit et renégociez les taux à votre avantage.

Le courtier peut aider dans le rachat d’un rachat de crédit

Le recours au courtier est toujours recommandé qu’il s’agisse d’un simple rachat de crédit ou d’un rachat de rachat de crédit. En effet, le courtier est celui qui connait le mieux le marché et les établissements de crédit. Avec son expertise à aider les clients qui veulent racheter un rachat de crédit, le courtier peut user de son influence auprès de plusieurs organismes de crédit pour négocier le rachat de rachat de crédit. Cependant, il faut éviter de faire le recours à plusieurs courtiers pour une seule opération pour éviter que les organismes de crédits ne remarquent que vos dossiers sont présentés plusieurs fois.

 

La mission du courtier en rachat de crédit

Un rachat de crédit implique beaucoup d’engagements notamment l’engagement de rembourser selon le contrat qui a été signé. De même, l’obtention d’un rachat de crédit nécessite plusieurs démarches qu’il devient essentiel de bien suivre les étapes nécessaires pour accéder au meilleur rachat de crédit. Le fait de recourir à un courtier constitue l’une de ces étapes, car il fait partie de ceux qui jouent une mission importante en rachat de crédit.

Le courtier comme intermédiaire

mission du courtier en rachat de créditLa première mission d’un courtier est celle d’intermédiaire financier entre un emprunteur et un organisme de crédit ou un établissement bancaire, car il est celui qui dispose d’un réseau de banques et organismes de crédits partenaires. À cet effet, le courtier a pour but de trouver le taux d’intérêt le plus avantageux aux conditions les plus intéressantes pour l’emprunteur. Pour ce faire, il doit faire la comparaison entre les différents organismes de crédits en leur mettant en concurrence pour trouver le meilleur crédit qui correspond à son client. Par ailleurs, son objectif est de faire les démarches nécessaires pour l’obtention d’un rachat de crédit auprès des établissements financiers. Il est le mieux placé pour entamer les négociations pour l’obtention du meilleur rachat de crédit auprès des établissements financiers tout en étant celui qui fait les études sur la meilleure offre de regroupements de crédits.

Le courtier en tant que garant du bon déroulement du dossier

Le rôle d’un courtier consiste également à transmettre aux institutions financières les différents dossiers utiles à l’obtention d’un rachat de crédit. En plus de faire gagner du temps à l’emprunteur, le courtier peut lui simplifier les démarches nécessaires pour éviter le déplacement. De plus, il est du devoir du courtier d’aider son client à monter un bon dossier en un temps record, de façon à ce que la démarche pour l’étude du dossier se fasse au plus vite. Grâce à sa connaissance du marché et de son expérience, le courtier peut accélérer les délais d’attente du dossier et peut augmenter les chances pour que le dossier soit accepté.

Quelles sont les conséquences de décision prise par la commission de surendettement?

Dans un cas désespéré de surendettement, l’option d’une commission de surendettement peut être une solution qui pourrait vous être bénéfique. En effet, cette commission a été mise en place en vue d’aider les personnes surendettées à sortir de son problème financier. Pour aider les débiteurs en difficulté, la commission adopte des mesures adaptées à la situation financière de la personne concernée. Que faut-il donc savoir concernant les décisions prises par la commission de surendettement lors d’une demande.

Le déroulement d’une demande de commission de surendettement jugée recevable.

commission de surendettementDans le cas où vous avez sollicité l’aide d’une commission de surendettement pour sortir de votre difficulté financière, si votre dossier fait l’objet d’une recevabilité, deux mesures peuvent être prises dont le plan conventionnel de redressement qui est une procédure classique ou la procédure de redressement personnel. Par ailleurs, durant le traitement du dossier, vous pouvez faire une requête de suspension des mesures prises par votre créancier notamment s’il s’agit d’une saisie ou de la vente de vos biens. La requête sera donc adressée au tribunal d’instance auprès d’un juge d’exécution qui sera le seul apte à prononcer la suspension des mesures d’exécution.

Que se passe-t-il après la prise de décision de la commission de surendettement.

La conséquence immédiate d’une demande à la commission de surendettement est le fichage au FICP, que le dossier soit jugé recevable ou non, ce qui vous met donc en position d’interdit bancaire. Après la prise de décision pour une procédure classique ou pour une procédure de rétablissement personnel, deux solutions vous sont offertes soit d’accepter la procédure, soit de solliciter des lettres recommandées. Dans le cas où vous serez soumis à une procédure de rétablissement personnel, la commission peut procéder à une liquidation de vos biens afin de vous sortir de votre difficulté financière. Par ailleurs, si les décisions prises par la commission ne font pas l’objet d’une contestation après une quinzaine de jours, la procédure sera portée devant un juge d’exécution.

Que faire pour obtenir un bon traitement de dossier de surendettement?

La commission de surendettement est un moyen de sortir d’un problème de dettes excessives. Pour faire une demande auprès de cette institution, il faut notamment retirer un formulaire auprès du secrétariat qui est une succursale de la Banque de France instaurée dans chaque département. Puis il est aussi nécessaire de fournir des documents qui constitueront le dossier de surendettement. Mais il est à savoir que le dossier en question sera étudié par la commission avant d’être jugé recevable ou non. Quels sont donc les critères qui permettent de constituer un bon dossier et de bénéficier d’un bon traitement?

Quels documents faut-il fournir pour un dossier de surendettement?

dossier de surendettementL’éligibilité d’un dossier de surendettement dépend des documents que la personne surendettée va fournir à la commission de surendettement. Dans une demande adressée à cette dernière, les renseignements suivants sont impératifs:

– Un formulaire est à retirer auprès du secrétariat le plus proche du lieu de résidence de la personne concernée qui comportera les renseignements sur l’identité de la personne, son domicile, sa situation matrimoniale, ses revenus, ses patrimoines, les noms et adresses de ses créanciers ainsi que le montant de ses dettes.

– Les renseignements ci-après doivent être également communiqués à la commission: les détails des remboursements effectués, des prêts contractés, des arriérés d’impôt sur le revenu et les impôts locaux avec les documents sur les éventuelles autorisations de découvert.

Par ailleurs, la personne surendettée sera tenue responsable de toutes les déclarations effectuées et que des pièces justificatives doivent être jointes.

Les dispositions prises par la commission pour un dossier jugé recevable

L’étude d’un dossier de surendettement est d’environ 3 mois. Si le dossier est jugé recevable, toutes les parties concernées seront informées du lancement de la procédure, notamment la personne surendettée ainsi que ses créanciers. Il s’agit donc avant tout de trouver une entente à l’amiable entre les établissements de prêt et la personne débitrice. Par ailleurs, un plan conventionnel de redressement est donc élaboré et sera adapté à la situation financière de la personne surendettée. Si le débiteur est en situation irrémédiable, la commission optera pour une procédure de rétablissement personnel. Toutefois, il est à noter que toutes les mesures prises par la commission seront applicables après consentement de la personne surendettée.

Qui peut mettre un dossier de surendettement au sein de la commission

La situation de surendettement atteint aujourd’hui beaucoup de ménages. Pour certains, le problème peut être passager, mais pour d’autres, trouver une issue de secours devient un véritable casse-tête. Pour venir en aide aux personnes surendettées, une commission de surendettement a été mise en place et qui est administrée par la Banque de France. Toutefois, il existe des critères d’éligibilité déterminant la recevabilité ou non des dossiers. Il est donc important de connaitre les conditions requises pour solliciter l’aide de la commission de surendettement.

Qu’est-ce qu’une commission de surendettement?

surendettement au sein de la commissionUne commission de surendettement est un organisme géré par la Banque de France en vue d’aider les personnes surendettées. Il a pour but principal de concilier l’établissement de prêt et son emprunteur en difficulté. Cette conciliation se porte sur une solution à l’amiable afin d’inciter la banque à favoriser une mesure de paiement plus souple et adaptée à la situation de la personne surendettée. Par ailleurs, la commission de surendettement accompagne les personnes surendettées en leur attribuant des mesures adaptées à leur situation notamment le plan conventionnel de redressement ou la procédure de rétablissement personnel. Pour pouvoir bénéficier de l’aide de la commission, il faut entre autres déposer un dossier et faire une demande.

Les conditions pour saisir une commission de surendettement

Seules les personnes définies par l’article L.331-1 peuvent solliciter l’aide de la commission de surendettement, mais ce n’est pas le seul critère que la commission va prendre en compte. Une personne surendettée peut être éligible à la commission si elle est en mesure de justifier son insolvabilité tout en remplissant les documents nécessaires qui vont constituer les dossiers et que sa bonne foi doit être prouvée. Par ailleurs, il faut souligner que durant la procédure à la commission de surendettement, dès la déposition d’une demande, la personne surendettée sera fichée à la Banque de France, ce qui implique qu’elle sera en interdit bancaire.

Ce que signifie le surendettement

Le problème de remboursement de prêt peut finir par un surendettement. Une personne est dite surendettée quand elle ne peut plus payer les mensualités de ses crédits et que le cumul s’étend sur plusieurs mois. Les raisons d’une situation de surendettement peuvent être diverses. Mais il est plus souvent difficile de sortir d’une situation de surendettement, surtout lorsque la personne surendettée est à court de moyens. Que faut-il donc savoir sur le surendettement.

Comment définir une situation de surendettement

surendettementLe surendettement d’une personne se définit par le fait que ses revenus ne peuvent plus couvrir ses charges et entrainent une incapacité à s’acquitter de ses dettes. En effet, le problème de surendettement émane d’une instabilité financière. Il peut être dû à un accident de la vie tel qu’une perte d’emploi, un divorce, un accident entrainant un handicap physique ou un décès. Il peut également tirer sa source d’une mauvaise gestion. Il existe notamment des personnes qui se précipitent constamment dans les crédits comme dans le cas d’une souscription à un crédit renouvelable. Cette situation peut être temporaire, mais si la personne surendettée ne trouve pas une solution, elle peut devenir permanente. Selon l’article L.331-1 du Code de la Consommation, le surendettement se réfère à « une impossibilité manifeste pour un débiteur de bonne foi de faire face à l’ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir ».

Les mesures prises par l’État pour régler une situation de surendettement

Pour aider les personnes démunies de tout moyen et qui ne peuvent plus régler ses prêts, l’État a mis en place une commission de surendettement qui est gérée par la Banque de France. Au moins, dans chaque département, il existe une succursale de la BDF qui est représentée par un secrétariat. De ce fait, une personne surendettée peut faire une requête d’assistance par la commission de surendettement afin de l’aider à sortir de ses problèmes financiers. Mais faire une demande auprès de la commission peut s’avérer difficile et ne fait pas toujours l’objet d’une recevabilité. En effet, c’est cette commission qui étudiera le dossier et définira l’éligibilité ou non du dossier de la personne concernée.